observatoire  BEAUREGARD
> Valorisation concertée des centres urbains <
| Perception Citoyenne | Perception Technique | Démarche Participative | Activités | Infos Utiles |
Vous êtes Page d'accueil > Démarche Participative >

Solre-sur-Sambre (Erquelinnes) : Analyses socio-économiques


L’approche socio-économique met l’accent sur certaines données en rapport avec la conservation du patrimoine logements : l’évolution démographique, les revenus et quelques informations en lien direct avec le logement.

A Solre-centre, la population est en diminution entre 1981 et 1991. Le logement y est très ancien selon les habitants (plus de 54% datant d’avant 1919) et, vu le peu de transformations récentes durant cette décennie (6,5% ici contre 9,5% dans la section), y est assez logiquement peu confortable.

A Mont de Solre, les revenus moyens sont plus bas que la moyenne (cela s’explique en partie par un taux de chômage plus élevé). En terme de logement, la situation est relativement paradoxale : on observe d’un côté un pourcentage plus élevé de constructions récentes (après 1971) et, de l’autre, un nombre plus important de logements sans moyen confort. Il semble donc évident que l’on se trouve face à un secteur statistique où les réalités sont très contrastées entre habitants de logements neufs très confortables et habitants des plus anciens avec peu de confort. Le dynamisme en matière de logements a été particulièrement important durant la décennie 81-91 avec de nombreuses évolutions (transformations ou constructions nouvelles).

A Solre Gare, la situation semble la moins contrastée, exception faite des fortes variations de population d’une décennie à l’autre. Les revenus sont répartis assez uniformément parmi les habitants. Selon l’avis des habitants, le pourcentage de logements très anciens est moindre (avant 1919), mais le patrimoine bâti n’y est pas très récent pour autant, puisque réparti à parts égales entre bâti d’avant 1919 et entre 1919 et 1945. Enfin, le confort y est - proportionnellement à la section - supérieur. Ce dernier élément pourrait peut-être s’expliquer par un pourcentage très élevé de transformation de logements durant la décennie 1981-1991.


   > Bien Etudier l’Aménagement Urbain Et Garantir le Renouvellement Durable <