observatoire  BEAUREGARD
> Valorisation concertée des centres urbains <
| Perception Citoyenne | Perception Technique | Démarche Participative | Activités | Infos Utiles |
Vous êtes Page d'accueil > >

Louvroil : Potentialités patrimoniales et urbanistiques


Arrosé par la Sambre et le ruisseau du Paradis, Louvroil est resté longtemps un village de petite taille, proche de Maubeuge sans pour autant en être dépendant. C’est l’avènement de l’industrie, avec dans un premier temps la manufacture d’armes, qui a propulsé le développement démographique de la commune.

Le développement de la métallurgie, l’arrivée du chemin de fer et la canalisation de la Sambre seront tant de vecteurs de développement qu’au début du XXème siècle, Louvroil compte déjà près de 4750 habitants. Le type d’activités en présence attirera beaucoup d’ouvriers sur le territoire, entraînant un besoin pressant de logements. Ainsi, de nombreux logements ouvriers seront construits, les logements en bande les plus représentatifs étant situés le long de la rue Jules Galois et rue d’Hautmont.

Suite à une période très prospère pour l’industrie, la chute a été d’autant plus catastrophique tant en terme de pertes d’emplois qu’en terme humain. Aujourd’hui, Louvroil se repositionne progressivement sur son territoire en reconversion. Les friches se résorbent, alors que des projets de construction voient le jour. La volonté de valoriser le cadre de vie s’illustre par la réfection du centre, tant par ses espaces publics que par la rénovation des façades anciennes.


Evoquons quelques constats ou observations des techniciens lors des relevés de terrain et appelant à notre sens une réflexion complémentaire :

 

 Potentialités :

1 - Une place nouvellement réaménagée et plantée, accueillante vis-à-vis des différents usagers de l’espace public,

2 - Dans leur écrin de verdure, le lac et son vaste parc constituent un site remarquable de loisirs dans la communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre.

3 – La commune propose plusieurs chemins de randonnée au départ du lac du paradis, permettant la découverte du paysage dans un cadre attractif,

4 – L’agglomération projette de construire, sur une ancienne friche en bordure de Sambre, un complexe aquatique desservi par un Transport en Commun en Site Propre (TCSP). Ce projet de grande envergure, va directement permettre la requalification de grands espaces en devenir, mais surtout être le moteur d’une future attractivité pour la commune

5 – La route d’Avesnes, ou RN2, a été massivement construite au début du XXème siècle. C’est pourquoi sur ses pourtours se déclinent les villas de maître, à l’image mais dans des proportions moindres, de l’avenue de Ferrière, à Maubeuge et Rousies.

6 – Plusieurs rues, alignant les habitats ouvriers, sont remarquables de part l’urbanité qu’ils induisent et la qualité de leurs façades.

 

Problématiques à améliorer :

 1 – Le quartier de Sous-le-Bois, dans le cadre de l’ANRU, va être en partie redéfini, afin d’accueillir plus de mixité dans ce quartier, actuellement très populaire.

 2 – Le parking de la rue Croix Bertrand, visant directement à alléger le stationnement dans le cœur du centre-ville, pourtant assez récent, pourrait faire l’objet d’une qualification des espaces plantés. Un effort pourrait aussi être réalisé sur les matériaux utilisés, notamment pour les cheminements piétons, qui ne nécessitent aucunement un enrobé imperméable.

 3 – la rue d’Hautmont, autour de laquelle sont structurés les quartiers d’habitat, est le lieu décidément le plus urbain et animé de la ville. Cette agitation, liée aux nombreux commerces et écoles qui y sont situés mais aussi au trafic routier important qu’elle supporte, nécessite de mener une réflexion sur la sécurité des usagers.

 4 –  La cité des guarguetelles, au vu de son positionnement totalement enclavé et jouxtant directement le centre commercial, mériterait d’être l’objet d’une réflexion tant en terme de déplacements qu’en terme urbain. Il s’agit en effet d’une population peu mobile et victime de l’implantation de la zone commerciale.

 5 –  La cité de Forest, située sur le chemin de Forest, ainsi que la résidence Montaigu, rue du Fort, ou encore la résidence les 6 tilleuls, route de Landrecies, sont autant de poches d’urbanisation complètement déconnectées de toute accroche à la tache urbaine historique. Les positionnements de ces lotissements engendrent des conflits, liés à la juxtaposition crue d’espaces de vie et de liaisons routières importantes.

 

 


Pour télécharger le document, cliquez ici.
  
Le projet Beauregard
  
> Bien Etudier l’Aménagement Urbain Et Garantir le Renouvellement Durable <