observatoire  BEAUREGARD
> Valorisation concertée des centres urbains <
| Perception Citoyenne | Perception Technique | Démarche Participative | Activités | Infos Utiles |
Vous êtes Page d'accueil > >

Grand-Reng (Erquelinnes) : Potentialités urbanistiques et patrimoniales.


Village situé le plus au nord de l’entité d’Erquelinnes, Grand-Reng est aussi celui qui présente des caractéristiques géographiques différentes des autres.  Situé aux sources de la Trouille (bassin de l’Escaut), il s’intègre dans un paysage cultivé de prairies et de champs.
La caractéristique de Grand-Reng est un bâti plus mitoyen que les centres de Montignies-Saint-Christophe ou Hantes-Wihéries, dû à sa plus forte expansion démographique dès le XIXème siècle.  Moins foncièrement rural de ce fait et plus étendu, le coeur ancien de Grand-Reng est marqué principalement par la place de la Résistance et ses alentours possédant un potentiel architectural intéressant.  Débutant de la place, de petites rues - comme les rues de la Cure et du Monument à l’ouest ou la rue Janson à l’est - forment d’agréables transitions et cheminements de promenades vers les zones d’intérêt paysager, vallées et plateaux.  L’attention se porte çà et là sur les éléments du petit patrimoine, présents dans toutes les sections d’Erquelinnes et particulièrement riches à Grand-Reng.


I. La place de la Résistance et ses alentours

Toute cette zone présente une ambiance homogène de noyau villageois bien préservée, rehaussée par deux bâtiments phares, l’église et la maison communale.  Grand-Reng ne possède pas de monument classé mais sa maison communale (non reprise actuellement à l’Inventaire) mériterait certainement le classement.

 Les éléments intéressants sont :
 
 l’ensemble bâti de la place de la Résistance, qui présente une typologie et un gabarit homogènes, est rehaussé par l’église, bel exemple d’édifice néogothique dont le haut clocher est connu dans la région;
 en cohésion avec cet ensemble, les rues de la Cure et du Monument offrent une ambiance paisible, un bâti rural simple mis en valeur par le cadre végétal, et des points de vue intéressants vers des repères architecturaux.  Elles offrent des cheminements agréables vers la Trouille;
 l’ancienne maison communale, patrimoine architectural et social en tant que point de repère et d’identification, et symbole d’un type traditionnel d’édifices civils.  Elle représente la plus belle réussite architecturale parmi les maisons communales de l’entité d’Erquelinnes;
 rehaussée par la présence de la maison communale, la rue Wauters dégage un potentiel positif comme entrée dans Grand-Reng avec une impression homogène du bâti.
 
 Les problématiques à améliorer sont :
 
 la place de la Résistance dont le petit square arboré n’offre pas un lieu de respiration suffisant pour la taille de l’espace.  Sa perméabilité avec la rue Wauters ne permet pas de distinguer suffisamment la fonction des deux espaces;
 le potentiel sous-exploité de réaffectation de la maison communale, souligné par certains habitants, et dont la situation centrale est idéale pour une fonction communautaire ou associative; la non-reconnaissance officielle (par le classement et l’Inventaire) d’un patrimoine de style éclectique.
 
 II. Les fronts bâtis des rues et ruelles

On y retrouve l’habitat de type rural, avec quelques exemples remontant au XVIIIème siècle.  L’Inventaire reprend treize bâtiments dont cinq ensembles ruraux (fermes, grange ou moulin) et quatre habitations.  Toutefois, on déplore quelques interventions contemporaines inadéquates (porte de garage, linteaux en béton).  Une construction récente non intégrée dévalorise l’angle des rues des Déportés et du Centenaire formant une des entrées de Grand-Reng.  Cet ensemble de dégradations a des répercussions sur la perception du noyau ancien.
Ces dégradations pourraient être évitées par l’adoption d’un règlement visant à harmoniser les transformations au bâti ancien.

 Les éléments intéressants sont :
 
 le bâti de la rue Janson, en partie mitoyen, en partie rehaussé de maisons de maîtres néoclassiques;
 l’ensemble perpendiculaire à la rue du Centenaire;
 la présence d’un petit patrimoine (chapelles, potales, revêtement de sol, petits mobiliers agrémentant les trottoirs);
 les éléments en ferronnerie rehaussant le décor urbain : ancres, grilles, girouettes, ...;
 une intéressante particularité est la présence de nombreuses ruelles ou impasses  qui servent de liaison piétonne et sont autant de respiration dans le bâti compact.
 
 Les problématiques à améliorer sont :
 
 le manque d’entretien de quelques façades qui brise l’harmonie de certains ensembles : une simple couche de peinture suffirait à les mettre en valeur;
 la déstructuration du bâti de la rue des Déportés;
 le dérochage des façades et la disparition des enduits anciens, causant des dégradations aux briques;
 l’état particulièrement mauvais des trottoirs de la plupart des rues : matériaux très hétérogènes ou très détériorés;
 les abords de l’école communale (état défraîchi du portail côté rue des Déportés et vaste zone de cour inoccupée côté rue Janson).

III. Les perspectives paysagères des vallées et plateaux
 
 Les éléments intéressants sont :
 
 la vallée de la Trouille qui serpente dans les prairies, bordée d’une belle végétation arbustive et arborée de bord de rivière;
 la vallée du ruisseau de Boutignies dans un contexte semblable mais qui longe également les jardins et vergers des habitations des rues des Déportés et Marais Colin;
 les paysages de plateaux bocagés, visibles au nord et à l’est des rues Janson ou de la Couture.
 N.B. :    Le patrimoine des intérieurs

L’accès à une habitation de Grand-Reng a permis de mettre en évidence l’existence d’éléments de décors intérieurs intéressants (cage d’escalier).  Les premiers sondages de terrain ne nous permettent pas de tirer des conclusions quant à l’état de conservation des intérieurs anciens dans l’entité.  Ce type de patrimoine nécessite une autre méthode d’approche.  Toutefois, deux remarques s’imposent :

 le patrimoine des intérieurs est largement méconnu et mérite une reconnaissance : cheminées, lambris, vitraux, escaliers, ...;
 l’accueil favorable d’une propriétaire est positif.  L’intérêt porté par les spécialistes n’est pas perçu comme une intrusion dans la vie privée mais est ressenti plutôt sur le mode de la convivialité.


Pour télécharger le document, cliquez ici.
  
Le projet Beauregard
  
> Bien Etudier l’Aménagement Urbain Et Garantir le Renouvellement Durable <